Chopard: La brillante Caroline Scheufele.

Interview: Natacha Borri

Caroline Scheufele a grandi dans les ateliers de la Maison Chopard entre les bruits caractéristiques des métaux qu’on polie et des pierres que l’on taille. Naturellement portée vers la création, elle a toujours peint ou sculpté et confie qu’elle aurait pu devenir architecte ou vivre comme un peintre bohème dans un atelier remplit de fleurs. C’est pourtant vers la joaillerie qu’elle s’est tournée et c’est tant mieux.

Caroline Scheufele

SLT: Votre première création?
CS: J’ai fait mon premier dessin pour Chopard à 16 ans, c’était les Happy Diamonds Clown. J’aimais le côté ludique des Happy Diamonds et me passionnais pour le cirque, je les ai rassemblés sur le papier. Mon père a vu mon croquis et m’a fait une surprise en le réalisant pour me l’offrir.

SLT: La collection la plus emblématique de Chopard?
CS: Happy Diamonds

SLT: Votre collection favorite?
CS: Ces bijoux sont un peu mes bébés mais j’aime l’inspiration de la Barbade de la collection Rihanna. Lorsqu’elle nous a rendu visite, elle a souhaité retrouver sur les bijoux les couleurs des chaussures qu’elle portait ce jour-là. Elle s’est énormément impliquée dans le processus créatif en apportant un oeil neuf sur la haute joaillerie. J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler et dessiner avec elle.

Rihanna, Chopard
Collection Rihanna - Chopard

SLT : Si vous ne deviez garder qu’un bijou ?
CS : Un petit coeur en diamant. Le coeur pour l’amour et la passion et le diamant parce qu’il est éternel.

SLT : Quelle définition donnez-vous au mot Excellence ?
CS : L’excellence se décèle dans la finition des pièces, dans la qualité des pierres et des matériaux. Chopard est attaché à la protection de l’environnement et des populations donc à la provenance des matériaux utilisés. Nous soutenons les mines d’or artisanales et travaillons de l’or fairmined dans certaines de nos collections, pour lesquelles nous pratiquons une ségrégation complète avec l’or traditionnel. Pour le moment il y a peu d’or Fairmined disponible dans le monde mais le luxe ultime reste de savoir d’où proviennent et comment ont été fabriquées les pièces de joaillerie et haute joaillerie.

SLT : Le métier d’art  qui vous impressionne le plus ?
CS : Sans hésitation la sculpture pour son côté tridimensionnel.

SLT : Avez-vous modifié un projet car il était  techniquement impossible de le réaliser?
CS: Je souhaitais créer un collier en titane rouge, on m’a dit que ce n’était pas faisable, que la nuance était trop soutenue. Mais «non» n’est pas une réponse pour moi. (Rires). Finalement, après plusieurs tentatives, le métal a pris la teinte que j’avais imaginée. Ce collier est aujourd’hui en cours de réalisation.

Lotus Blanc, Chopard
Lotus Blanc - Chopard

SLT: Vos créations demandent-elles d’imaginer de nouveaux gestes?
CS: Cela arrive régulièrement. Nous réalisons en ce moment un tableau en pierres précieuses pour un client japonais et devons utiliser des gestes de sertissage complètement nouveaux. Nous sommes exigeants et innovons constamment. Chopard est la seule Maison qui utilise l’or et le titane, deux métaux qu’on ne peut pas souder, nous travaillons avec des vis minuscules pour les allier et composer des pièces à la fois splendides et suffisamment légères pour être portées.

SLT: Sauriez-vous fabriquer un objet complexe?
CS: J’ai fait un apprentissage en joaillerie et ai réalisé plusieurs pièces de mes mains. Je me souviens d’une paire de boutons de manchette que j’ai offerte à mon père. Il y a ses initiales dessus et un Happy Diamond qui court dans chacune d’entre elles. J’ai fait aussi un anneau en or que ma mère porte encore à côté de celui qu’a réalisé mon frère.

Montre L.U.C Full Strike Chopard
Montre L.U.C Full Strike - Chopard

SLT: Comment est née l’idée de la montre joaillerie Lotus Blanc?
CS: J’ai travaillé autour du thème de la nature pour la collection Animal World. La montre Hibou avait remporté le Grand Prix de la Haute Horlogerie. Je voulais une montre blanche qui s’ouvre comme une fleur. J’ai choisi le lotus symbole de la pureté du coeur et de l’esprit et qui représente la patience chez les bouddhistes.

SLT: Combien de temps faut-il pour élaborer un tel projet?
CS: Plus de 1000 heures de travail ont été nécessaires. Elle devait être très belle et fonctionnelle. C’est une montre à secret qui s’épanouit en corolle, ce système d’ouverture a été très difficile à réaliser. Son bracelet est très souple et représente l’eau et ses reflets.

SLT: Combien de personnes sont intervenues sur cette montre ?
CS: Je pense qu’au moins sept métiers sont intervenus sur la Lotus Blanc. Dessinateur, dessinateur 3D, bureau technique, maquetiste-sculpteur, sertisseur, polisseur, joaillier, diamantaire, horloger.

SLT: Avez-vous collaboré à la montre L.U.C Full Strike, Aiguille d’Or du GPHG?
CS: Un peu sur le côté esthétique mais cette montre Répétition Minute au son si cristallin est le projet de mon frère.

www.chopard.fr