Donatella Versace: «La fourrure? Je n’en veux pas!»

Donatella Versace

La fourrure, c’est terminé pour Versace! Une annonce surprenante, révélée lors d’un entretien avec le magazine britannique The Economist’s 1843. Versace rejoint ainsi Armani, Calvin Klein, Hugo Boss, Ralph Lauren ou encore Gucci.

Le 14 mars dernier, la sœur du fondateur de la maison de couture milanaise a déclaré qu’elle ne voulait «pas tuer des animaux pour faire de la mode». Un véritable coup de théâtre pour celle qui proposait, quelques heures plus tôt, d’acheter «des manteaux ornés de fourrures qui font tourner les têtes». La Maison de couture avait jusque-là défendu le port du vison ou du chien viverrin, envers et contre toutes les associations de protection des animaux.

«Mode» peut donc rimer avec «compassion»? «Versace est une marque de grande influence qui symbolise les excès du glamour, et sa décision d’arrêter l’utilisation de la fourrure montre que la mode compassion n’a jamais été aussi tendance», explique Claire Bass, directrice de HSI en Grande-Bretagne.

Une nouvelle décevante pour la Fédération internationale de la fourrure, qui estime que «la majorité des grands couturiers vont continuer à travailler la fourrure car ils savent que c’est un produit naturel qui est produit de manière responsable».