Les Créatives, un festival qui se conjugue au féminin

Festival pluridisciplinaire féminin et féministe, Les Créatives clament haut et fort la célébration de la création artistique féminine et poussent un cri d’alerte pour plus d’égalité. Du 13 au 25 novembre, 156 personnalités dont plus de la moitié sont des invitées locales sont accueillies par cette édition qui voguera à travers 12 communes genevoises, à Morges mais aussi à Lausanne. Une programmation audacieuse pour une manifestation qui se veut artistique et politique mais s’éloigne des tendances et des modes afin de pérenniser un travail constant: valoriser et célébrer les femmes dans toute leur diversité. Découvrez l’art sous toutes ses formes mais aussi des espaces ouverts de rencontre et de réflexion. 

Des artistes rarement réunies sous la même affiche
Porté pendant 13 ans par le service culturel d’Onex et sa directrice Cyrille Schnyder-Masmejan, le Festival s’émancipe et est, pour la première fois, organisé par l’association éponyme « Les Créatives, sous la direction d’Anne Claire Adet et de Dominique Rovini. Une toute nouvelle équipe qui préserve une programmation large, à l’image de la diversité et de la créativité des femmes talentueuses qu’elle célèbre.

Des textes politiques, avec Neneh Cherry, qui revient avec un nouvel album coup de poing Broken Politics, Akua Naru et son ode à la culture noire et la fierté d’être soi avec The Blackest Joy, ou encore Anne Sylvestre, figure tutélaire de la chanson féministe après 60 ans de scènes. Du côté des artistes internationales, elles seront présentes comme l’icône underground du monde arabe Yasmine Hamdan, la nouvelle bombe de la scène française Clara Luciani, la britannique d’origine indienne Susheela Raman qui revisite la musique balinaise, ou la surprenante Pauchi Sasaki, artiste péruvienne protégée de Philippe Glass, qui interroge les limites du corps, du son et de l’espace.
Le festival rassemblera des figures engagées comme la chorégraphe et plasticienne irlandaise Oona Doherty à la danse virulente et poétique, l’écrivaine Mona Chollet qui revisite les figures des sorcières historiques et contemporaines, l’humoriste Marina Rollman et son « Spectacle drôle » mais néanmoins acerbe, ainsi que la journaliste Rokhaya Diallo, la cinéaste Amandine Gay, l’artiste Océan, ou la journaliste de La Poudre Lauren Bastide.

Plaisir oui, engagement aussi!
Le festival se lance sous le signe du plaisir: un clitoris gonflable de 7 mètres de haut surplombera le Théâtre Saint-Gervais où se jouera la pièce Passion Simple (texte d’Annie Ernaux, mise en scène par Emilie Charriot). Des courts-métrages érotiques et pornographiques sur la diversité des plaisirs féminins seront proposés par La Fête du Slip et une table ronde aura lieu avec la scientifique Odile Fillod et l’auteure de Sexpowerment Camille Emmanuelle. La journée de clôture, le samedi 24 novembre, prendra un ton engagé avec une grande marche contre les violences faites aux femmes qui parcourra les rues de Genève, rythmée par la fanfare afro-féministe 30 nuances de noir(es). Elle se terminera à l’Alhambra où se tiendra une table ronde sur les enjeux féministes contemporains, et les concerts de deux artistes au féminisme revendiqué : la poésie d’Akua Naru et le flow de Tracy de Sà.
Les illustratrices de La Bûche présenteront une exposition collective à Papiers Gras et croqueront avec leurs crayons les différents événements du festival. Côté musique, des girls-bands comme le désormais mythique fake-band de Brighton Dream Wife à découvrir au Romandie de Lausanne, ou le tout récent groupe Purple Waves formé lors d’un atelier pour musiciennes organisé avec l’EPI (Ecole de Pratique Instrumentale). A Meyrin, une battle hip-hop 100% féminine invitera rappeuses et danseuses à collaborer pour convaincre le jury composé notamment de KT Gorique et Johanna Faye.
Découvrez l’univers des jeux vidéos, un medium à la croisée de la technologie et de l’art, avec une table ronde et un showcase intitulé « Women in Games ». La YouTubeuse genevoise La Carologie, la bandes des Internettes et l’une des journalistes les plus actives mais aussi les plus fréquemment attaquées Rokhaya Diallo partageront leur ressenti concernant leur présence sur la Toile. Avec l’ambition de défricher de nouveaux thèmes et de nouveaux terrains, Les Créatives proposeront à L’Abri, une création in-situ visuelle et sonore de l’artiste anticonformiste Pauchi Sasaki qui a développé un instrument hors normes doté d’un système d’amplification sonore : une robe haut-parleurs.

 

Chez nous
Une nouvelle fois, les artistes suisses seront au cœur de la programmation. Côté danse, des nouvelles créations avec le projet Grrrrrrrrrrrrrrr ! de la performeuse Marie-Caroline Hominal ou le spectacle Avance de la jeune compagnie Speak in Silence, mais aussi Eugénie Rebetez avec un ballet d’une irrésistible poésie. Côté littérature, Elisa Shua Dusapin rencontrera le public à la librairie Nouvelles Pages tandis que la Bibliothèque Sonore des Femmes conçue par Julie Gilbert prendra ses quartiers à Livresse. Le festival s’associera au Mamco pour la première rétrospective de l’artiste genevoise Mai-Thu Perret. A Confignon, le dernier spectacle de Rebecca Bonvin sera suivi d’une discussion sur les stéréotypes liés à l’âge pour les femmes de scène. Quatre vernissages d’albums auront lieu durant le Festival : Yaël Miller, Billie Bird, Selva Nuda, Elina Duni et la compilation « Swiss Sheroes » réalisée en collaboration avec la FCMA – présentée lors d’une soirée à PTR rassemblant Chilla, KT Gorique et Melissa Bon. Le groupe folk zurichois Black Sea Dahu, vainqueur du concours « MX3 + Les Créatives », fera sa première date Outre-Sarine à la salle communale d’Onex.

Place aux femmes!
En musique, elles sont toujours moins de 8% sur les scènes des festivals. Dans le cinéma, elles touchent moins de 20% des subventions. La rencontre du 19 novembre à La Comédie est organisée en collaboration avec le DCS de la Ville de Genève. Un observatoire de la place des femmes dans les milieux culturels et qui invitera les acteurs culturels et responsables politiques genevois.es à prendre la température et mesurer l’importance des enjeux afin de poser les jalons d’une réorganisation plus égalitaire. Un événement qui s’enrichira des témoignages de Anne Bisang, metteure en scène, directrice artistique du Théâtre Populaire Romand et l’artiste Mai-Thu Perret, ainsi que par une intervention de Philippe Bischof, directeur de ProHelvetia.

Les Créatives

Du 13 au 25 novembre
www.lescreatives.ch