Alexia Giordano : Danseuse et étoile du cinéma

À la Une du shooting de Sur La Terre, mais aussi à l’affiche de Let’s dance de Ladislas Chollat, la « comédienne-ballerine » donne la réplique à Guillaume de Tonquedec et séduit Rayane Bensetti en quelques pirouettes.

SLT : Qu’est-ce qui rapproche le Hip-Hop et la danse classique ?
AL : Toutes les danses sont l’expression du corps et d’une passion pour un art, que ce soit le hip-hop ou le classique. Même si elles sont très différentes, la rigueur et la persévérance qu’elles imposent les rapprochent forcément.

Avez-vous pratiqué d’autres formes de danse avant cette approche du hip-hop dans Let’s dance ?
Pas vraiment… Un peu de Jazz quand j’étais ado. J’aimais surtout la danse classique, je l’ai pratiqué pendant 16 ans. Pour le film, la chorégraphe Marion Mottin a créé des mouvements plus hip-hop en gardant ma base classique comme pour le duo final par exemple.

Comment s’est déroulé le tournage avec Rayane Bensetti, lui aussi danseur ?
Très bien ! Ladislas Chollat a su nous diriger autant dans le jeu que dans la danse. Ce fut une expérience incroyable pour moi puisque c’était mon premier grand rôle au cinéma.

Dans les scènes dansées, êtes-vous une ballerine ou une actrice ?
Je suis les deux. Parfois, je pensais surtout à l’aspect technique puisque je ne pratique plus depuis plusieurs années, à d’autres moments, je me concentrais sur l’émotion et le jeu. Le reste suivait !

Vous avez tendrement réveillé Omar Sy dans « Le Beau Dormant » pour J.M. Weston et tourné avec lui dans Chocolat.
Omar fait partie des personnes avec lesquelles j’ai le plus aimé travailler. J’ai beaucoup apprécié son humanité, c’est quelqu’un d’accessible et simple. J’ai fait une apparition dans le film Chocolat et j’ai eu la chance de recroiser sa route sur le tournage de la publicité pour Weston. C’est vraiment un bon souvenir, je me rappelle avoir beaucoup ri !

Votre sentiment quand vous avez obtenu le rôle dans le film de Clint Eastwood, Le 15h17 pour Paris ?
Je n’y croyais pas ! Même si c’était un petit rôle, ça a été une expérience magique de pouvoir côtoyer d’aussi près un réalisateur tel que Clint Eastwood et d’observer sa façon de travailler pendant près de 6 jours.

Vous avez rencontré les trois Américains qui ont déjoué l’attentat du Thalys. C’est comment un vrai héros ?
Ce qui est le plus incroyable, c’est que ces héros sont des gens comme tout le monde qui, à un moment de leur vie, ont eu un comportement héroïque dû aux circonstances dramatiques qu’ils vivaient. J’ai été impressionnée par leur jeune âge.

Quel grand nom du cinéma vous a le plus marquée ?
J’ai été éblouie d’avoir eu la chance de jouer avec Georges Blagden dans la galerie des glaces lors du tournage de la série Versailles réalisé par Jalil Lespert.

Vous êtes aussi le visage de plusieurs campagnes publicitaires, notamment Repetto et Lui Jo. Que représente la mode pour vous ?
C’est pour moi un mode d’expression. Cependant, la mode nous met face à une démarche de consommation qui personnellement ne me convient plus. J’ai décidé, depuis plusieurs années déjà, de ne plus consommer de fast fashion, ces vêtements composés pour la plupart de matériaux mauvais pour celui qui les porte, pour la planète et les êtres humains qui les fabriquent.

Quel est votre style dans la vie quotidienne ?
Je m’habille essentiellement en vintage ou en seconde main. J’adore trouver des pièces qui ont une histoire, un vécu. Ce sont des pièces uniques, non reproduites en milliers d’exemplaires. Je soutiens également les initiatives des petites marques telles que Maison Cléo, un partenariat entre une mère et sa fille dans le nord de la France. Elles créent des pièces en petites quantités fabriquées à partir des tissus déstockés des maisons de couture.

Votre silhouette de rêve vous permet toutes les extravagances, vous en profitez ?
J’ai conscience d’avoir une silhouette qui me permet de porter pas mal de choses, même si parfois ma petite taille peut poser quelques difficultés ! J’ai parfois la chance de trouver des pièces vintage enfant que je suis la seule à pouvoir porter ! (rire)