Capucine Lhemanne n’est pas toute seule

Capucine Lhemanne, la jeune garde montante de l’humour romand, présente son premier spectacle solo, Je ne suis pas toute seule, autour d’une galerie de personnages féminins. A découvrir du 15 au 19 mai, à la salle Point Favre à Chêne-Bourg.

Capucine Lhemanne cette jeune comédienne est pleine d’étoiles dans les yeux et de personnages dans la tête. Oui, car Capucine n’est pas toute seule dans sa tête, elles sont plusieurs, prêtes à se présenter à vous. Des femmes de pouvoir, des femmes naïves, parfois gentilles, parfois méchantes… des femmes qu’on admire, qui nous font rire dans leur comportements, leurs physiques et leurs manies. Mais attention, c’est quand on croit les connaître qu’elles vous surprennent le plus…

La loge
La scène représentera une loge de comédienne, comme on l’imagine: débordant d’accessoires, de costumes et de questionnements, dans laquelle les personnages naissent et évoluent.

La loge sera, un espace métaphorique – permettant de passer rapidement et aisément d’un personnage à l’autre – de jouer avec le regard de ces femmes sur elles-mêmes et celui des spectateurs sur elles – de raconter leurs pudeurs et leurs impudeurs (toujours avec humour) comme on s’habille ou on se met à nu dans ce lieu si intime.
« L’idée de ce seule en scène est la présentation de plusieurs personnages féminins. Il ne s’agit pas de parler de ma vie privée comme on peut souvent l’observer aujourd’hui, mais de mettre en scène une série de personnages fictifs avec leur vécu, leurs convictions et leurs angoisses les plus intimes en utilisant l’humour. Je souhaite entre autre faire un parallèle entre ces femmes drôles et fascinantes qui méritent d’être vues et mes filles histoires issues du milieu de la scène » explique la comédienne.

Mise en scène
Ayant travaillé à plusieurs reprises avec Maryse Estier, pour Capucine Lhemanne, le choix de la mise en scène était évidente: « J’ai rencontré Maryse au Conservatoire de Genève il y a maintenant 10 ans et ce fût le coup de foudre amical et théâtral. Nous avons régulièrement travaillé sur des scènes en gardant à l’esprit ce rêve et ce désir de créer un jour nos propres histoires. Nos chemins professionnels se sont séparés, mais notre amitié est restée intacte. Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour créer ensemble ce projet. En choisissant Maryse, je sais que sa vision de la scène portera mon spectacle plus haut. Elle a une sensibilité aux textes et auteurs que je ne connais à personne. Sa vision de la scène est juste, moderne et elle comprend mon univers. »

« J’entends souvent parler de la « femme » ou des « représentations de la femme » dans notre société, dans l’art, etc. Et c’est bien souvent des hommes qui en dressent un portrait. Personnellement, « la femme », je ne sais pas ce que c’est. Or, mettre en scène « un monde au féminin », déployer un essaim d’âmes complexes, touchantes et drôles, voilà qui m’inspire », complète la metteur en scène.

« Je crois que la scène humoristique francophone a besoin de se renouveler dans sa forme comme dans son fond et Capucine est porteuse d’un projet audacieux qui va dans ce sens. Ses expériences, ses influences, croisées aux miennes, ainsi que notre regard de jeunes femmes aujourd’hui promettent un spectacle tout à fait original. »