Métiers d’art: Aux origines de la beauté.

Graff - Broche Orchidée

Texte: Vanina C. Rina

Les métiers d’art oeuvrent à la création du patrimoine. Attachés à leurs racines séculaires ils sont le reflet du passé, mais ont l’audace de l’innovation. Cette année, le Grand Prix de l’Horlogerie de Genève leur a même rendu hommage en remettant le prix Spécial du Jury à Anita Porchet, émailleuse et peintre miniaturiste depuis 50 ans et à Suzanne Rohr, son élève.

Causs - Patron
Connaître les gestes sur le bout des doigts

Répartis en 281 disciplines et 16 domaines d’activité – gantiers, souffleur de verres, orfèvres- sont animés par l’énergie de la création. C’est le cas de la plus ancienne manufacture gantière en activité à Millau, la Maison Causse. Née en 1892, elle réalise 25 000 paires de gants par an avec l’aide de 40 ouvriers.

Consciente de la valeur de son patrimoine technique et de son savoir-faire, elle a su les enrichir en organisant des cursus d’apprentissage dans ses ateliers. En 2006, elle décroche le label « Entreprise du patrimoine vivant » et l’UNESCO l’inscrit à son prestigieux «Inventaire des Métiers Rares». Elle a également intégré la Maison des Métiers d’Art de Chanel en 2012.

Causses - Gants Chanel

Les créations Causse ont ganté toutes les têtes couronnées les plus élégantes, mais aussi les plus sportives en réalisant des gants sportswear et de conduite. Aujourd’hui, ce sont les stars – Madonna, Karl Lagerfeld, Kylie Minogue – et les grandes Maisons de couture qui s’arrachent ces délicats bijoux de mains taillés dans les cuirs les plus exclusifs. Clous, oeillets, broderies, pompons, bijoux, ils peuvent être laqués voire parfumés. Résolument modernes, parfois extravagants, les gants de la Maison Causse passent entre les mains des artisans les plus expérimentés et méticuleux, qui choisissent les cuirs, les frappent, les découpent et les cousent. Une gestuelle ancestrale pourtant toujours réinventée pour satisfaire les exigences et les codes esthétiques de notre époque.

Causse - Fabrication
Pierre après pierre

Ces gestes sont précieux comme chez Graff, où les broches – fleur, couple d’inséparables, papillons – requièrent une maîtrise parfaite de tous les métiers liés à la joaillerie. Le dessin, le travail de l’or, la taille des gemmes et le sertissage sont les étapes qui révéleront la magnificence du bijou grâce aux années que les artisans ont passé sur les bancs des ateliers pour apprendre à mettre en valeur une pierre. La nouvelle collection de boucles d’oreilles pousse le défi encore plus loin, les pierres précieuses semblent jouer leur gamme en complète indépendance et en toute légèreté comme suspendues entre elles par une attraction magnétique. Pourtant, la Maison Graff est entrée dans le 21e siècle en faisant l’acquisition d’une imprimante 3D.

Graff - Boucles d'oreilles

Spécialement adaptée à la joaillerie elle va devenir une extension du savoir-faire séculier des artisans qui, avec le temps, l’utiliseront aussi bien que leurs propres outils. Même si la main de l’homme reste irremplaçable, les maquettes en résine mettent en évidence les ombres et la lumière projetée et permettent d’améliorer la création de bijoux complexes.

Lalique
Insuffler son éclat au cristal

Chez la Maison Lalique, qui est fière de compter 4 Meilleurs Ouvriers de France parmi ses artisans, on s’appuie aussi sur des techniques digitales pour dessiner les thèmes chers à son créateur – la Femme, la Faune et la Flore. Depuis 1921, il faut enchaîner 40 étapes pour voir naître la pièce. Le cristal en fusion atteint les 1400 degrés quand il est cueilli et mis en forme par les maîtres verriers dans les ateliers du verre chaud. Certaines oeuvres d’art, ou les pièces de grande taille, nécessitent même l’utilisation du procédé de la cire perdue que René Lalique a pratiquée jusqu’en 1930 à partir de moules en plâtre.

La pièce est ensuite dirigée vers les ateliers du verre froid où elle sera minutieusement retouchée, sculptée, lissée, polie pour atteindre la perfection et nous plonger dans un univers de lumière et de poésie. La signature Lalique est finalement apposée à main levée à l’aide d’une pointe diamant, preuve de son authenticité et de sa qualité.

Les métiers d’art sont les fruits de plusieurs siècles d’inlassables répétitions de gestes et de reproductions de techniques ancestrales, pourtant la révolution digitale ouvrira, peut-être, la porte à encore plus d’innovations et à une audace sans limite qui promet de faire naître des pièces toujours plus complexes et pourquoi pas, inventer les métiers d’art de demain.

«On ne dit pas à Millau une usine de ganterie, ni même une fabrique, mais une manufacture et cela est bien ainsi, car le choix de cette désignation révèle la forme du labeur humain qui y est pratiquée et honorée.» Élian J. Finbert – 1942

Lalique - Fabrication